RD Congo-Kisangani : La guerre des six jours et l’impunité

Un des épisodes les plus douloureux de la Deuxième Guerre du Congo est sans nul doute la guerre entre le Rwanda et l’Ouganda sur le sol congolais, en pleine ville de Kisangani, du 5 au 10 juin 2000. Alors que le conflit régional s’enlisait sur la ligne de front et que les forces étrangères mettaient le Congo en coupe réglée, les troupes de l’APR (Rwandais) et de l’UPDF (Ougandais) vont s’affronter pour le contrôle de la filière du diamant dans la capitale de l’ancien Haut-Zaïre. Selon Amnesty Internationale, 1.200 civils congolais furent tués tandis que la population tentait de secourir plus de trois mille blessés. Les deux armées s’étaient livrées à des attaques indiscriminées, à l’arme lourde, jusque dans des quartiers densément peuplés, note le rapport Mapping. Dix-sept ans plus tard, aucune victime n’a jamais obtenue justice tandis que les chefs militaires rwandais et ougandais impliqués dans ce carnage, sont toujours libres comme l’air. Retour sur une tragédie inoubliable… Rwandais et Ougandais s’étaient déjà affrontés à deux reprises auparavant. Un premier affrontement en août 1999, un deuxième le 5 mai 2000 au cours duquel les deux armées avaient tué 24 civils congolais et blessé un nombre indéterminé d’autres. Mais les affrontements de juin 2000 furent sans commune mesure. Le conflit avait été précédé par des semaines nourries d’une intense campagne de haine orchestrée par les deux camps. La RALI (Radio-Liberté) d’obédience ougandaise et la RTNC d’obédience rwandaise avaient diffusé abondamment de messages de haine et des appels à la guerre et à la vengeance. Des combats en pleine ville Le 04 juin 2000, des militaires ougandais, banderoles rouges nouées sur la tête, investirent le centre-ville tandis que des colonnes de militaires rwandais se déployaient dans les quartiers (commune de Mangobo). Le décor d’un affrontement armé était planté. Les combats éclatèrent le lendemain matin peu avant 10 heures. Six jours durant, la ville fut la proie d’intenses combats avec usage d’armes de plusieurs types : de la Kalachnikov à la BM en passant par des tanks, des mortiers 120 et des batteries anti-aériennes. Un déchaînement de violences militaires dans une ville densément peuplée (700.000 habitants à l’époque). Les dégâts étaient prévus pour être monstrueux. Le déluge de feu qui s’abattit sur la ville fut tout simplement terrifiant. Selon l’ONG Groupe Justice et Libération[1], plus de 10.000 obus et des milliers de balles à l’arme légère et automatique furent tirés dans la ville. Amnesty international avança un bilan de 1.200 civils tués et des milliers de blessés[2]. Les deux armées n’avaient consenti aucun effort pour évacuer les civils pris au piège. Au contraire, les soldats rwandais, tout particulièrement, utilisaient comme postes de tir des habitations où des civils avaient trouvé refuge, avant de décamper, laissant les occupants subir de plein fouet la riposte des forces ougandaises. La ville fut littéralement « pilée » par des roquettes et des obus qui pleuvaient de partout. En une fraction de seconde, des familles entières disparaissaient, broyées dans la déflagration d’un obus. Dans une ville à forte concentration, un seul obus tuait jusqu’à huit personnes[3]. Le nombre de victimes culmina dans les quartiers résidentiels du Nord, notamment dans les communes de Tshopo, Makiso et Mangobo[4]. La cathédrale de Kisangani – Cathédrale Notre Dame du Très Saint Rosaire – fut éventrée par les obus et dévorée par les flammes. Des centaines de personnes y avaient trouvé refuge. Plusieurs furent tuées ou blessées. Dans son rapport de juillet 2000, le Groupe Lotus dressa la liste de différents lieux de culte endommagés par des tirs et des biens indispensables à la vie de la population ; dont les établissements d’enseignement, les hôpitaux et centres de santé et autres établissements (SNEL/Société d’électricité, Regideso/Société de distribution d’eau, l’Université de Kisangani,…). Quelques survivants firent publier des témoignages : « Lundi 5 juin, à 9h50, nous avons entendu les premiers crépitements d’armes lourdes vers la rive droite de la Tshopo. Suivis d’autres beaucoup plus forts. Une quinzaine de personnes frappent à notre porte, demandant refuge. Les explosions prennent de l’ampleur. Nous nous réfugions sous nos lits, à même le sol. La peur fait oublier la faim et la soif. Le mardi, le tintamarre se poursuit. Les obus tombent de toutes parts. Les Ougandais se sont installés dans notre parcelle avec leurs lance-roquettes et leurs compagnons blessés. Un bruit infernal accompagne la messe que nous avons célébrée vers 11h00. Déboussolés, nous ne savons plus quoi faire, sinon prier. Une prière pas comme les autres, mais avec un cœur tout disposé, plein d’espérance et d’abandon. Le lendemain, mercredi 7 juin, vers 18h40 la maison est la cible d’une pluie d’obus. Une bombe détruit le toit et les vitres. Des éclats percent les murs et nous atteignent, Lazare et moi. Lui à une jambe, moi à la tête. Nous crions et pleurons. Le sang coule ; pas moyen d’atteindre l’hôpital ni d’appeler au secours. Jeudi 8 juin, encore une journée de feu. La pire. Personne n’a le courage de sortir de sous le lit, jusqu’au soir. Un commandant ougandais entre pour compter le nombre de morts dans la parcelle où se trouve notre maison. Surpris d’apprendre qu’il y a seulement deux blessés, il ajoute : « Vous avez des fétiches » ! […] Le dimanche 11 juin, les Rwandais pourchassent les Ougandais et occupent de nouveau la parcelle. On nous permet de passer au scolasticat du Sacré Cœur. Dans les rues que nous parcourons il y a beaucoup de cadavres, partout, et des armes abandonnées et des grenades non explosées »[5]. La profanation des cadavres Dans le quotidien belge Le Soir on pouvait lire : « Chacun affirme que le cimetière créé par la Croix-Rouge internationale, où s’alignent plus de six cents croix blanches, avec l’éloquente mention ‘victimes congolaises de la guerre entre le Rwanda et l’Ouganda’, ne reflète qu’une faible partie de la réalité. Pour en savoir plus, il a fallu qu’un curé de paroisse transmette, avec de grandes précautions, un document réalisé au péril de sa vie, par un habitant de la ville, qui a voulu interroger un maximum de témoins… Les 24 pages de ce document sont terrifiantes : des civils racontent, avec force détails comment les bombes ont frappé leurs maisons de plein fouet, tuant des familles entières, comment les corps ont été brûlés ou jetés à la rivière pour empêcher un décompte précis des victimes, comment les Ougandais étaient drogués. Un autre témoin relate le cas d’une famille qui refusa aux militaires rwandais d’entreposer dans sa maison les cadavres qui se décomposaient au soleil : Un officier, entouré de ses gardes, se fit alors introduire au salon. Il était si gentil que B.C. ne se douta de rien. Il pensait sans doute que l’officier voulait sauver la maisonnée et l’emmener dans un endroit sûr, c’est pourquoi il appela sa femme et ses enfants. Seule une fillette demeura cachée. Le commandant donna un ordre et ses armes crachèrent le feu. Le commandant lui-même termina l’opération en achevant chacun des corps inanimés. Lorsque je passai pour la première fois sur le pont, dix cadavres gisaient un peu partout. Au bout d’un pont, on jetait un autre cadavre, après l’avoir éventré. C’est la méthode employée par les Rwandais pour empêcher les cadavres de flotter et ainsi ne pas laisser de traces (…) Un soldat congolais, déserteur des positions rwandaises, affirme : ‘Il existe plusieurs charniers autour de la ville, sans compter les cadavres jetés à la rivière. Dès le premier jour, nous avions dénombré autour de huit cents cadavres. Les autorités nous ont donné l’ordre d’effacer les traces, qui pourraient plus tard donner lieu à des poursuites pour crimes de guerre’. Les Rwandais éventraient les cadavres et les plongeaient dans le fleuve pour qu’ils coulent sans problèmes, poursuit-il »[6]. Longtemps après ces événements, l’angoisse de la mort planait toujours sur la ville. Les mines antipersonnel et d’énormes quantités de pièces d’artillerie qui n’avaient pas explosé ont continué de tuer et mutiler les civils. En août 2000, trois enfants âgés de trois, cinq et huit ans, membres d’une même famille, ont péri alors qu’ils jouaient avec une grenade dénichée devant chez eux. Sur le plan international, le Conseil de sécurité de l’ONU adopta la Résolution 1304 aux termes de laquelle le Rwanda et l’Ouganda devaient fournir des réparations pour les pertes en vies humaines et les dommages matériels qu’ils avaient infligés à la population de Kisangani. La Résolution prévoyait également la présentation par le Secrétaire général de l’ONU d’une évaluation des torts causés, sur la base de laquelle devaient être déterminées ces réparations. L’enquêteur britannique Joseph Comerlford fut envoyé par l’ONU pour évaluer les dommages subis par la population et préparer un dossier des réparations à la charge du Rwanda et de l’Ouganda. Mais le 18 août 2000, son corps fut retrouvé pendu aux barreaux de la fenêtre de sa chambre d’hôtel (le Palm Beach Hotel de Kisangani). Une première autopsie conclut à un assassinat, mais un rapport commandé par le PNUD conclut à un suicide ce qui permit à l’ONU de ne pas se sentir responsable et, au passage, de ne pas avoir à verser des indemnités à son épouse et à ses trois enfants[7]. Prime à la guerre Pas un seul responsable, ni politique ni militaire, impliqué dans ce saccage de Kisangani, ne fut amené à répondre de ces crimes devant la justice, bien au contraire. Les uns sont retournés au Rwanda et en Ouganda où ils poursuivirent leurs carrières dans les appareils d’État des deux pays. Le commandant des forces rwandaises à Kisangani, par exemple, le général Emmanuel Karenzi Karake, est retourné au Rwanda où il a même eu le privilège d’être nommé Commandant-adjoint de la MINUAD, la force hybride de l’Union africaine et de l’ONU déployée au Darfour. Une nomination scandaleuse pour l’ONG américaine Human Rights Watch qui dut réagir par un courrier au Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU[8]. Un coup d’épée dans l’eau ! Karenzi Karake va occuper ce poste de janvier 2008 à avril 2009, malgré son inculpation par la justice espagnole pour « crimes de génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre, appartenance à une organisation terroriste et actes terroristes »[9] aux côtés de 39 autres haut-gradés de l’armée rwandaise. Les autres chefs politiques et militaires impliqués dans le carnage de Kisangani ont obtenu une entrée par la grande porte dans les institutions de Kinshasa, aux termes d’une série d’accords et d’arrangements politiques. Suivant la logique de la « prime à la guerre » qui perdure au Congo, les « bouchers de Kisangani » ont bénéficié des lois et mesures d’amnistie, et ont même eu l’occasion de commettre d’autres massacres pour lesquels ils sont toujours à l’abri de poursuites. En effet, deux ans seulement après la guerre des six jours, les soldats rwandais et leurs obligés congolais du RCD-Goma sont revenus à Kisangani pour se livrer à un autre massacre, le massacre dit « du Pont Tshopo », sur lequel nous reviendrons dans une prochaine publication. Impossible justice ? Il y a pourtant eu des initiatives sur le plan judiciaire qu’il n’est pas vain de rappeler. Le président Laurent-Désiré Kabila avait fait déposer une requête auprès de la Cour internationale de justice contre le Rwanda et l’Ouganda. Curieusement, le 15 janvier 2001, soit la veille de son assassinat, la Cour internationale de justice a reçu une lettre selon laquelle le gouvernement congolais se désistait de sa requête déposée contre le Rwanda. Personne ne sait de quel membre du gouvernement est venue cette lettre de désistement, qui provoqua un scandale surtout lorsqu’il est apparu que le successeur du président LD Kabila se lançait dans une politique extrêmement conciliante avec le Rwanda. Le Congo dut introduire une seconde requête contre le Rwanda le 28 mai 2002, mais elle n’aboutit pas suite à un point de détail subtilement exploité par les avocats du Rwanda. Il s’agit d’une « réserve » sur l’article IX de la Convention[10] introduite par le régime d’Habyarimana, en 1975, lorsqu’il a signé la Convention contre le génocide. Il prévoit que l’État rwandais ne peut pas être poursuivi pour crime de génocide devant la Cour internationale de justice, ce qui n’a pas manqué de scandaliser plus d’un observateur. Le Rwanda de Kagame s’est ainsi servi de ce texte du temps d’Habyarimana pour paralyser la requête de la RDC devant la Cour internationale de justice, et donc s’octroyer une impunité « grâce » à un régime qu’il a toujours accusé d’avoir planifié le génocide des Tutsi… Ne restait donc que l’Ouganda. Dans son arrêt du 19 décembre 2005, la Cour internationale de justice a condamné l’Ouganda à réparer les conséquences de son invasion du Congo[11] et accepté l’évaluation des dommages proposée par les autorités congolaises à hauteur de 6 à 10 milliards de dollars. Elle a laissé l’Ouganda et le Congo convenir à l’amiable du montant des réparations, se réservant le droit de trancher la question elle-même en cas de désaccord. L’affaire est toutefois menée dans une certaine opacité. Le pouvoir de Kinshasa ne montre pas qu’il tient vraiment à récupérer les 10 milliards de dollars de son allié ougandais. Aucun versement ougandais n’ayant encore été effectué, dix ans plus tard, la Cour a décidé, le 9 juillet 2015, de reprendre la procédure sur la question des réparations. L’avocat congolais qui avait fait condamner l’Ouganda, Me Tshibangu Kalala a été arrêté le 29 septembre 2015 pour avoir subordonné la restitution du dossier de la CIJ au paiement par l’État congolais de ses honoraires, dossier qu’il a finalement restitué. Nommé ministre auprès du Premier ministre dans le gouvernement Bruno Tshibala, personne ne sait s’il aura toujours à l’esprit le souci de faire avancer ce dossier qui lui a valu une certaine fierté des Congolais en commençant par la population meurtrie de Kisangani. Boniface Musavuli Auteur de l'ouvrage Les Génocides des Congolais - De Léopold II à Paul Kagame, Vevey, Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, 2016, 327p.

  • About Us

    Lorem ipsum dolor sit amet, consec tetuer adipis cing elitraesent vestibulum molestie um sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculusmus. Nulla dui. Fusce feugiat malesuada odio. Morbi nunc odio, gravida at, cursus nec luctus lorem aecenas tristique orci ac semuis ultricies pharetra onec accumsan malesuada orci. Fusce feugiat males odio. Morbi nunc odio, lorem aecenas tristique orci ac semuis ultricies...

  • Flicker Gallery

  • Twitter